Partagez | 
 

 Lâcher la proie pour l'ombre - solo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Archibald Lannysser
Dresseur | Scientifique
avatar

Messages : 759
Pokedollards : 6690
Age : 25

Caractéristiques du personnage
Age du personnage: 43 ans
Signe particulier : Boiteux et ambidextre, en costume trois pièces à l'allure loufoque.
Apparence: 1m85 pour 76kg, sec et nerveux, visage émacié, cheveux châtains, mi-longs, yeux dorés, cernés.

MessageSujet: Lâcher la proie pour l'ombre - solo   Sam 16 Juil - 1:24



Lâcher la Proie pour l'Ombre


Céladopole - Nuit - Kanto





J'ère dans les ruelles vides et sombres, accompagné de mon Absol qui semble le seul à comprendre le pourquoi de cette errance. Au final, depuis tant d'années, nous revenons toujours ici, là, à l'essentiel. Lui. Moi. Et notre quête qui aujourd'hui ne me paraît plus si sensée.

" Tu penses qu'elle m'en voudra, c'est cela ? "

Le félin tourne son regard érubescent vers moi. Elle t'en veut déjà, tu sais..

Je soupire. C'était à prévoir. J'ai le cœur lourd et le pas chancelant. Je n'ai pourtant rien bu. Mais j'imagine que le passant, là-bas, doit me voir comme un ivrogne sortant du pub le plus proche. S'il savait combien il a tort... Mais je ne cherche pas à m'en défendre. Après tout, je l'ai certainement bien mérité. Mon visage ne trahit pas grand chose des sombres pensées qui m'habitent. J'ai appris, avec le temps, à garder ce masque avenant de celui qui n'a aucune arrière pensée. Plus pratique, une armure à porter chaque jour. Un vagabond se fait à ce genre de préjugés et d'images renvoyées bien malgré lui.  Et ce n'est pas avec la horde de miséreux mal en points qui me talonnent que cela changera...

En chemin, je baisse le bord de mon chapeau sur mon nez, évitant ainsi de croiser les regards curieux ou provocateurs à cette heure tardive... ou plutôt, matinale : le jour va bientôt poindre, certainement dans moins d'une heure. La ville, ce monde clos sans l'être où l'on croise des âmes quelque soit l'heure, justement.

" Il est ici Seth. J'en suis persuadé. Je n'ai pas d'autre explication à ce qui s'est passé. "

La queue effilée de l'Absol bat l'air furieusement derrière lui. Il est bien d'accord avec moi, et furieux tout en même temps. Je sens mes paumes me démanger. C'est une sensation assez désagréable, mais bien utile pour localiser dans ce dédale la source de toute cette énergie noire. Sommes-nous dans un rêve ? Dans la réalité ? Mais encore, un rêve ne fait-il pas pleinement partie de la réalité ? Les barrières sont souvent bien plus floues que ne le pensent les gens. Enfin, au milieu d'un passage entre deux immeubles, je m'arrête. Derrière moi, les Pokémon forment une petite foule compacte et inquiète.

Cela faisait longtemps, mortel. J'étais sûr que tu viendrais. Vous êtes tous si prévisibes...

La voix grave et désincarnée surgit de partout et nulle part à la fois. J'ai beau m'y attendre, je ne peux retenir une expression de surprise teintée d'appréhension.

" Tu ne l'es pas moins que nous. Ainsi donc, tu en es venu à hanter les villes ? Qu'es-tu venu chercher ici ? La Team Rocket ? J'ose espérer que tu as conscience de ce que tu fais... "

La Team Rocket ? Tu te trompes, fils d'Hermès, je n'ai rien à voir avec leur œuvre ! En revanche, eux m'ont bien aidé, je te l'avoue. Tous ces cauchemars éveillés... Un vrai délice.

Un frisson me parcourt. Eva. Je ne peux m'empêcher de penser à elle. S'il s'imagine pouvoir me faire chanter en s'en prenant à elle... Mon regard se fait perçant et glacial.

" Toujours identique à toi-même. N'as-tu donc aucune morale ?! "

Oh ? Charmé de savoir que tu ne m'as point oublié. Mais je te trouve bien mal placé pour parler de morale. ricane la voix.

" Je suis certainement mieux placé que tu ne le seras jamais, maudit ! Je n'ai jamais prétendu... être parfait... mais tout cela... est derrière moi. Quelque soit la raison qui t'ai poussée à me retrouver, sache que je ne reviendrais pas en arrière.
"
Espérais-tu vraiment ne jamais me revoir ? Allons. Je t'ai connu plus raisonnable.

" Plus raisonnable, certes. Mais c'était un autre temps, un temps où je n'avais rien, et rien à perdre. Aujourd'hui, tout est différent. Ma quête a pris un tout autre sens ! "

Voilà qui est intéressant, fwuhuhuhuhu... Qu'as-tu donc acquis de si précieux, humain ? Moi qui pensait que tu n'aurais troqué ton âme que contre l'or des philosophes, me voilà face à un piètre pantin qui a cédé aux charmes d'une sirène ! Permets-moi de me gausser de toi comme il se doit ! Tu n'es vraiment plus l'ombre que de toi même... Et je m'y connais, en matière d'ombre... Huhuhu !

Mon poing se serre jusqu'à ce que mes jointures blanchissent. J'avais oublié à quel point il m'était impossible de cacher la moindre de mes pensées à cette créature. Mes mâchoires se crispent.

" Balivernes ! "

Au milieu de la rue, là où il n'y avait auparavant que le bitume sale et sombre, s'ouvre une brèche d'un noir absolu, derrière laquelle il n'existe rien d'autre à nos yeux que le néant le  plus complet. La déchirure émet un bruit sourd, une vibration si basse et profonde que le sol en tremble.

Viens donc si tu l'oses, Alchimiste, et nous verrons... Nous verrons lequel de nous deux est le plus fort.

Seth hurle à la mort. N'y va pas, c'est un piège ! Je le sais, ami. Mais je n'ai pas le choix. Je ne l'ai jamais eu. D'un pas ferme, je boîte jusqu'à l'ouverture entre les dimensions : impossible de savoir ce qui m'attend. Mais je ne reculerai pas. Je lève le nez vers le ciel étoilé. La constellation du Léviator est au plus haut : des épreuves nous attendent. Je n'avais hélas pas besoin du ciel pour m'en rendre compte...

" Dis bonjour à Stanislas de ma part, Darkrai. Après tout, il n'a jamais été fichu de faire quoi que ce soit lui-même, non ?"

Et je traverse le portail immatériel, chacun des atomes qui me compose étant aspiré ailleurs, je ne sais où. Loin de la rue et des feux de Céladopole. Mais rien n'est plus inébranlable que ma volonté de revenir. La tête haute.

Fwuhuhuhuhu... Inutile. Tu pourras bien le saluer toi-même. Depuis le temps qu'il te cherche...






_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-antan.forumrpg.org/t742-archibald-lannysser
Archibald Lannysser
Dresseur | Scientifique
avatar

Messages : 759
Pokedollards : 6690
Age : 25

Caractéristiques du personnage
Age du personnage: 43 ans
Signe particulier : Boiteux et ambidextre, en costume trois pièces à l'allure loufoque.
Apparence: 1m85 pour 76kg, sec et nerveux, visage émacié, cheveux châtains, mi-longs, yeux dorés, cernés.

MessageSujet: Re: Lâcher la proie pour l'ombre - solo   Jeu 8 Sep - 18:03



Lâcher la Proie pour l'Ombre


Céladopole - Nuit - Kanto





Mon pied quitte le sol. La sensation d'apesenteur ne dure qu'un infime instant. Seth a disparu, tous les Pokémon avec lui. Je suis seul. Il n'y a rien ici. Suis-je piégé ? J'en ai bien peur. Je sais néanmoins que la créature à l'origine de ce mirage n'a rien à y gagner. La semelle de mes chaussures n'émet aucun son lorsque je me déplace. Peut-être n'est-ce qu'un montage de mon esprit, cette sensation de "marcher". Je ne marche pas, car où pourrais-je bien aller ?

" Merveilleux ! Et maintenant ? "

Je n'imagine que trop bien quel genre d'épreuve cet être vil et retord veut me donner. Je lutte un bref instant contre ma jambe, contre mes pieds qui refusent d'avancer. Je dois faire fi de tout, revenir au centre, faire table rase. Ainsi, il n'y aura plus de prise pour ses ruses. Je le forcerai à se montrer. Il répondra de ses crimes. Et moi des miens. Allez.

Les volutes d'encre s'effilent lentement en un curieux dégradé de gris et de mauve. Je guette le moindre mouvement dans cette masse informe, le moindre bruit. Tous mes sens sont aux aguets, même si mon esprit, lui, sait pertinemment que rien de ce qui ne se tramera ici n'a voie au réel. Je ne dois pas dévier de cette pensée, car là est le véritable piège. Effacer la barrière, mince mais irréfutable, entre le plan physique et le plan mental.

Maintenant ? Maintenant nous avons toute l'éternité pour discuter... Hm ? Alors, par où commençons-nous ? Peut-être par... Oh ! Oui.

Mes yeux se plissent devant la soudaine luminosité. A la place du néant habituel, j'aperçois à présent une pelouse. L'éclairage a quelque chose d'étrange. Je ne me souvenais pas d'avoir un jour vu une herbe aussi terne, aussi... Tout est comme si le soleil du soir nous délivrait des rayons mauves et verts, drapant un paysage familier d'une aura funeste. A chacun de mes pas, la fumée d'encre se dissipe davantage. L'horizon se dévoile. Un arbre, un jardin, un petit chemin. Ici, des fleurs pâles. Et là. Une minuscule silhouette est assise sur un petit siège de bois, lui-même suspendu en l'air par de grossières cordes de chanvre. Il n'y a pas de vent : je peux voir les reflets fantomatiques sur les feuilles du chêne. Les buissons ne bruissent pas. Seuls les vieux gonds en acier grincent avec la régularité d'un métronome. Pas de rires, pas de bruit. Seulement cette silhouette, ses pieds qui raclent le sol à chaque mouvement de balancier, et le grincement du métal.

" Je connais cet endroit. C'est... "

Cette balançoire : est-ce vraiment celle du jardin d'Eva ? Je m'approche. Mon coeur se met soudain à battre. Fort. Très fort... Là, cette petite fille. Cette robe. Je perçois maintenant la dentelle qui l'orne. Elle me tourne le dos. Elle...

Allons donc. Aurais-tu peur ? Fwuhuhuhuhuhuhu !

Non.

Comme c'est amusant.






_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-antan.forumrpg.org/t742-archibald-lannysser
Archibald Lannysser
Dresseur | Scientifique
avatar

Messages : 759
Pokedollards : 6690
Age : 25

Caractéristiques du personnage
Age du personnage: 43 ans
Signe particulier : Boiteux et ambidextre, en costume trois pièces à l'allure loufoque.
Apparence: 1m85 pour 76kg, sec et nerveux, visage émacié, cheveux châtains, mi-longs, yeux dorés, cernés.

MessageSujet: Re: Lâcher la proie pour l'ombre - solo   Ven 30 Sep - 21:28



Lâcher la Proie pour l'Ombre


Céladopole - Nuit - Kanto





Cette silhouette solitaire. Je ne la quitte plus du regard, et tout est comme si plus rien n'existait. J'ai beau savoir, jusque dans l'acier de ma raison, qu'elle n'est rien d'autre qu'une illusion, une tromperie d'un réalisme vicieux, la curiosité maladive, l'espoir d'avoir tort - ou raison, je ne sais plus - me fait demeurer là où j'aurais dû m'enfuir. Mais où Archibald ? Où irais-tu ? Tu as accepté les règles du jeu, tu les connais ! Il te tient, et ne te lâchera plus avant que tu n'aies hurlé ton renoncement à tout ce qui t'est cher.

J'hésite. Mon pied fait un léger va-et-vient, avant de se poser définitivement dans l'herbe. Je m'attends à entendre de nouveau la voix. Son ricanement, comme une feuille froissée, un coup de vent dans les arbres, partout et nulle part à la fois. Mais rien.

Mais, au fond de mes entrailles, les nœuds sont déjà formés. Maudite appréhension ! AI-je vraiment peur ? C'est stupide. Pourtant, je sais que j'aurais préféré quelque chose à rien. Ce rien-là me rend nerveux.

Alors te revoilà. Haha... Quelle suffisance... Ou peut-être inconscience ? Tu ne sais pas ce qu'est la souffrance, n'est-ce pas ? Non, tu as toujours vécu avec ce soleil dans les yeux. Il t'aveugle !

Ne te retourne pas. Tu ne sais pas combien tout cela me meurtrit. Ou peut-être ne le sais-tu que trop bien justement. Qu'est-ce que cela fait, de tenir le manche de l'arme et de la tourner dans la plaie ? Ne te retourne pas. Ne me regarde pas.

Comment oses-tu revenir. Comment peux-tu croire que je te donnerais encore une chance ! Après ce que tu m'as fait ?!

Mais la silhouette n'entend rien. Celui qui tire ces ficelles est trop heureux de son tour ! Et je reste là, impuissant, face à ce que je ne voulais ni voir ni savoir. Je vis au présent, par le phénix, le passé n'est qu'une illusion ! Cesse donc de me hanter. Va torturer d'autres que moi. Enfin...

Les pieds aux souliers cirés contournent la balançoire et je vois, dans un tourbillon de jupes et de dentelles, le visage de ce fantôme qui m'accuse. je vois, paraître dans ce cyclone de mèches noires comme la nuit, un visage que j'avais fini, dans le secret de mon être, par enterrer. Par enterrer vivant, semblait-il.


Merredith.


Je me fige, et tout en moi n'est plus que glace et terreur. Si ses yeux avaient pu tuer, je serais mort mille fois.

" Je... Non. Je ne... Tout ça n'est qu'un manège abject ! Sors d'ici ! "

Pas avant de t'avoir fait regretter ta traîtrise ! Pas avant d'avoir lavé cet affront !!

" Non, attends ! Je... Cela fait si longtemps. C'était... C'est une autre vie. Almia n'est plus. Je ne voulais pas de cela, tu le sais. Je ne l'ai jamais voulu. Pas plus maintenant. "

Tu n'es qu'un misérable vaut-rien.

Mon coeur se fend. Tout se fend. C'est un miroir brisé, un piano fracassé. Une discordance abominable.






_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-antan.forumrpg.org/t742-archibald-lannysser
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lâcher la proie pour l'ombre - solo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lâcher la proie pour l'ombre - solo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit décor rapide pour pas cher.
» L'Ombre et la Proie
» Emmanuelle de Vaunoy # La proie et l'ombre
» ☇ mes amis, je me lave les mains de ces étrangetés. (spirit&maafa)
» Cher passé, merci pour tes leçons. Cher futur, je suis prête ! | Willow ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon d'Antan, retour aux origines :: Les régions :: Kanto :: Celadopole-
Sauter vers: